Il fit construire sur la face ouest des remparts
une rampe en terre rapportée soutenue
par d'énormes rochers qui devait acheminer
vers le sommet une tour mobile pour donner l'assaut définitif.

Après plusieures tentatives il finit
par ouvrir une brêche.

Eleazar Ben Ya'ir réflechit au destin fatidique qui frappait sa communauté.

Les remparts étaient en feu.

La fin était proche.

Les Romains attendaient le petit matin
pour donner l'assaut.

Il n y avait plus aucune chance
de vaincre ni de fuir.

Se rendre ou mourir était l'alternative.

Il décida qu'il vallait mieux mourir dans la gloire que de se rendre dans l'infamie.

Survivre dans la perte de la libérté
devenait inconcevable.

Plutôt que de se soumettre 960 hommes, femmes
et enfants moururent de leurs propres mains,
se suicidant collectivement.

Quand au matin les Romains arrivèrent au sommet
un grand silence les accueillit.

Flavius Silva fut mortifié devant cet acte de courage.

C'est ainsi que l'infortuné historien Juif,
Josephus Flavius (Yoseph Ben Matatyahu)
relate cette dramatique histoire.


Les Parchemins de la Mer Morte

C'est à Masada que furent découverts les fameux "Parchemins de la Mer Morte" tellement controversés.
Il est aujourd'hui évident que les fragments découverts dans la casemate Est de Masada sont des originaux datant du Ier siècle Av. JC.
Les textes de "La Sagesse de Ben-Sira" (dit livre de l'Ecclésiaste) comparés à ceux des manuscrits découverts dans une synagogue du Caire en 1896 et datant du Moyen Age sont rigoureusement identiques.


Yigael Yadin

Entre 1963 et 1965 (Ap. JC !) le professeur Yadin
à la demande de l'Université Hébraïque
de Jérusalem, de la Société d'Exploration Israëlienne et du département des Antiquités
du Gouvermenent Israëlien, entreprit des fouilles sur le site de Masada.

accueil
Quand on se dirige vers le nord
sur la rive occidentale de la Mer Morte on est frappé par une imposante colline
qui domine l'étendue salée de quelques 400 mètres.

C'est la citadelle de Masada.

D'une beauté majestueuse, ce site grandiose
a été le théatre d'un drame
unique en son genre dans l'Histoire.

En voici les faits:

Durant le Ier siècle Ap. JC la Palestine était
sous le joug des Romains qui avaient renversé
le Royaume Juif des Macchabés.

Les fréquentes tentatives de rébellions des habitants
qui tentaient de reconquerir leur indépendance furent rapidement et fermement matées.

En 66 Ap. JC, pourtant une révolte dégénera en véritable guerre.

Il fallut quatre ans aux Romains
pour en venir à bout.

Eu 70 Ap. JC le général Romain Titus s'empare
de Jerusalem, met la ville à sac,
détruit le Temple et expulse l'ensemble
des survivants Juifs.

Une poignée d'irréductibles Zealotes
et quelques patriotes qui avaient survecu
à la destruction de la capitale s'emparent alors
de Masada, décimant la garnison Romaine
qui s'y trouvait et résistent jusqu'en 73 Ap. JC.

Citadelle inaccessible, perchée sur le sommet
de la colline, Masada avait été fortifiée
par le grand roi Hérode dans les années 30 Av. JC.

Les révoltés s'en servirent comme base pour harceler les Romains.

Pendant près de deux ans des raids meurtriers furent menés sous le commandement
d'Eleazar Ben Ya'ir contre l'armée Romaine
qui à son tour repondait
par de sanglantes représailles.

En 72 Ap. JC, exaspéré, le gouverneur Romain Flavius Silva marcha sur Masada
avec sa Xème légion, ses armées auxiliaires
et des milliers de prisonniers de guerre chargés d'eau et de provisions, décidé a mettre un terme
à cette situation insultante.

Les assiégés préparèrent leur défense renforcant
les fortifications, rationnant vivres et eau.

Les hommes de Flavius Silva se préparèrent,
eux, pour un très long siège.

Plusieurs camps furent établis
tout autour de Masada.

La citadelle était inexpugnable.
Alors Silva usa de grands moyens.

à droite la citadelle et le camp F
de Flavius Silva, au fond la Mer Morte
vue aérienne
de l'ensemble du site de Masada
illustration de la mise en place
d'un engin de levage Romain
à gauche les trois terrasses du Palace Villa
à droite la rampe de Silva

tesson de céramique
avec l'inscription" Ben Ay'ir"


un fragment du parchemin original de l'Ecclésiaste
(photo à l'infrarouge)

les premières lignes du psaume 82 du "Livre des Psaumes"
(photo à l'infrarouge)

accueil

Masada